• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Prévenir, détecter les violences faites aux femmes, et reconstruire

26/11/2021

352 vues

© J. Ducourau

La nouvelle gouvernance du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles des Landes (CIDFF) s'est donné pour objectif de développer la prévention, y compris auprès des enfants.

En 2021, 700 saisines de violences ont été traitées par le CIDFF, contre environ 300 par an avant la vague #MeToo qui a libéré la parole des femmes, le tout à effectifs constants. « Cela donne une idée de la quantité de travail pour les équipes » constituées d'une dizaine de personnes : juristes, formatrice, conseillère image, conseillère emploi, agents administratifs et psychologue bénévole, explique Bérénice Guégan, nommée mi-septembre coordinatrice du CIDFF, au côté de la nouvelle présidente, Laurence Ladousse.

L'organisme qui, depuis bientôt 40 ans, écoute, informe, oriente et accompagne tous les publics pour les aider à trouver des solutions dans tous les domaines de leur vie, est également LE référent violences des Landes, l'interlocuteur unique à appeler en cas de problèmes (05 58 46 41 43 ou via le 3919).

Sensibiliser le plus de monde possible

Avec une douzaine de permanences d'informations juridiques sur le territoire, « les femmes nous posent des questions de tous ordres, sur les enfants, le divorce, etc. Lors de la consultation d'une heure, on creuse un peu voir s'il y a une autre problématique et nous faisons parfois émerger des situations de violence, physique ou psychologique, au travail ou à la maison ».

Bérénice Guégan, nouvelle coordinatrice du CIDFF des Landes © J. Ducourau

 

Pour mieux se faire connaître, le CIDFF, financé pour moitié par le Département, forme aussi des professionnels, comme lors des journées de sensibilisation des 22 et 23 novembre à Saint-Paul-lès-Dax et Saint-Vincent-de-Paul auxquelles ont assisté des agents départementaux, travailleurs sociaux, gendarmes, policiers, inspecteurs du travail, etc.

« Tout le monde travaille ensemble, on s'inter-saisit les uns les autres. Ce qui fonctionne avec les victimes, c'est quand il y a un maillage autour d'elle, ça donne des forces », fait valoir Mme Guégan pour qui « ça commence au moment de la détection, par la famille, par l'employeur, le médecin ou à l'école ». 

Quand le parcours est amorcé, le but est de protéger la victime. Parmi les premiers outils, le téléphone grave danger relié directement aux forces de l'ordre. 35 sont disponibles dans les Landes. « Quand on demande au parquet de le donner à une femme, souvent il nous suit », assure Mme Guégan, car « plutôt surprotéger que sous-protéger ».

Lors des journées de sensibilisation sur les violences faites aux femmes, les 22 et 23 novembre © J. Ducourau | Dpt 40

À chaque situation, à chaque victime, l'accompagnement est différent. La question de l'hébergement hors du domicile conjugal est souvent essentielle. En conclusion des journées de sensibilisation, la conseillère départementale en charge de l’Égalité femmes hommes, Salima Sensou, a d'ailleurs confirmé que le Département travaillait actuellement à un projet de structure d’hébergement d’urgence et de réinsertion pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. « Nous allons accélérer sur la conception de ce projet au premier trimestre 2022 », a-t-elle annoncé, alors que le Département finance également différents dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes avec un quasi-doublement du budget dédié (235 000 € en 2021, contre 120 000 € en 2019). 

Une fois que l'urgence est passée pour la victime, « l'étape de reconstruction psychique peut ensuite prendre des années », souligne Mme Guégan, « sa vie a tourné autour de la souffrance, il faut reconstruire, retrouver l'estime de soi... Cela passe par du coaching semi-collectif, des ateliers d'insertion, de retour à l'emploi. Si on rate cette étape, la victime va retomber dans une situation d'emprise ». 

Ces modes d'action étant bien rôdés, le champ de la prévention est aujourd'hui devenu une priorité de la nouvelle gouvernance du CIDFF. En 2022, vont se développer des initiatives auprès des enfants, pour faire évoluer les mentalités dès le plus jeune âge. « À partir de jeux, comme le jeu de l'oie, on invite à la communication non violente, avec un vocabulaire adapté. On se forme pour échanger avec les tout-petits, en parlant positivement de la non-violence plutôt qu'en insistant sur les violences », précise-t-on. Le CIDFF cherche d'ailleurs des bénévoles et des gens à former pour multiplier ces actions dont les effets se verront tout au long de la vie de ces futurs adultes.
 

 

Site officiel du Centre d'information sur les droits des femmes et des familles des Landes (CIDFF) : https://landes.cidff.info/

 

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département

  • Site du département
  • Nouvelles solidarités dans les Landes
  • Marque Landes, Terre des possibles
  • Budget Participatif Citoyen
  • Les Landes au menu
  • Village Landais Alzheimer
  • Maison Landaise des Personnes Handicapées
  • Médialandes
  • Domaine d'Ognoas
  • Festival International Arte Flamenco
  • Archives départementales
  • Abbaye d'Arthous
  • Musée de Samadet
  • Atlantisud
  • Empreintes landaises