• Imprimer
  • Partager

Bisc'Atypique, l'inclusion comme moteur

674 vues

Basée à Biscarrosse, l'association de soutien aux personnes atypiques (autisme, handicap) leur donne la parole ainsi qu’à leurs parents, via la création artistique. Pour le mieux vivre ensemble.

20/10/2023

© S. Zambon | Dpt 40
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Mes thématiques

Tout a démarré en 2017 avec un premier spectacle Le café de la vie à l'Arcanson de Biscarrosse, à l’occasion de la Journée mondiale de l’autisme et en lien avec une association d'Arcachon. Un projet artistique participatif créé par Céline Fuzeau, danseuse et art-thérapeute de l’association Art’erre et Zoulikha Hamadi, comédienne et pédagogue. L'année suivante, un nouveau spectacle-conférence, Petite sœur extraterrestre, mêlant théâtre, danse, musique et arts plastiques, avec des artistes, professionnels, bénévoles, enfants et adultes porteurs de handicap et/ou concernés par l’autisme, a réuni une vingtaine d'associations et institutions. Et à l'issue, Bisc'Atypique a vu le jour pour ces « personnes atypiques par rapport à ce que la société appelle la norme ». Sa mission ? « L'inclusion et le bien vivre ensemble » par des activités gratuites.

Stand up paddle au lac de Biscarrosse © Bisc'Atypique

Café-parents et cafés atypiques

« De ces premiers spectacles, ont découlé très vite des besoins des parents de se rencontrer, se rappelle Céline Fuzeau. Nous avons rapidement ouvert des cafés parents qui ont marché tout de suite, ils avaient même du mal à s'arrêter de parler et le créneau de deux heures débordait souvent sur trois heures ! » En parallèle, des ateliers avec des bénévoles formés sont créés pour s'occuper des enfants pendant ce café mensuel des premiers vendredis du mois. Un petit groupe d'une dizaine de jeunes adultes autistes ou handicapés s'est également mis en place pour des « cafés atypiques » ayant lieu tous les premiers samedis du mois en début d'après-midi, avec un psychologue.

L'association propose également à tous des séances bien-être (yoga, massage, shiatsu...), des activités nautiques sur le lac avec l’école de voile H20 et les Pep40, et des « ciném'atypiques » avec le Renoir pour des séances adaptées à tarif préférentiel où le son est baissé et la lumière légèrement allumée pour éviter le noir des salles obscures qui met mal à l'aise certaines personnes. 

Pour ce cinéma inclusif, le public est prévenu de la séance particulière, car le principe c'est de se mélanger et d'être tous ensemble, avec ou sans handicap. Mais il faut savoir que les gens ont le droit de s'exprimer, de se lever, même de danser... Cela montre aux familles qu'il est possible d'aller au cinéma avec ses enfants plus ou moins grands alors que souvent ils n'osent pas s'y rendre à cause du regard des autres.

Citation de Jessica Labeyrie, éducatrice spécialisée et membre de Bisc'Atypique

À l'esprit toujours, l'idée est de retrouver une vie sociale. « À travers les cafés atypiques, on s'est rendu compte du néant qui se profile souvent pour les jeunes adultes en fin d'études qui ne trouvent pas de travail du fait de leur handicap, juste au moment où on se pose des questions existentielles », fait-elle valoir. Un nouveau projet a alors émergé en lien avec eux, par la création d'un Groupe d'entraide mutuelle (GEM) pour adultes nommé IriDsens, en partenariat avec les Pep40 et financé par l'Agence régionale de santé (ARS). Histoire de se créer des activités, des sorties à plusieurs.

Fondée en 2021 et affiliée à Bisc'Atypique, cette association portée par et pour les personnes souffrant d'handicap et/ou isolées socialement, compte aujourd'hui une cinquantaine de membres, selon la présidente Brigitte Bianco qui fait partie des « cinq adhérents atypiques » à s'être impliqués dans la dernière « conférence gesticulée ».

Répétition d'une « conférence gesticulée » par des membres du GEM IriDsens © S. Zambon | Dpt 40

« Les curiosités au pays de l'emploi »

Cette nouvelle création artistique, intitulée Les curiosités au pays de l'emploi, soulève les questions du travail et du handicap invisible à travers le récit de leurs expériences. Avec cette histoire inventée et théâtralisée dans un manoir, les cinq compères, de Frankenstein (Franck) à la sorcière (Brigitte), en passant par la lune (Mélissa), le loup-garou (Elise) ou le fantôme (Renaud), parlent avec humour et poésie de ces « créatures étranges qui parfois font peur aux employeurs », en mettant en lumière « les particularités de leur handicap et la richesse de la neurodiversité ». 

« On a commencé à écrire chacun de notre côté sur nos expériences scolaires et de travail et on a cherché comment les mettre en scène », explique, lors d'une répétition, Mélissa Gendeau, étudiante entre Biscarrosse et Bordeaux qui se dit, dans le spectacle, « secouée d'orages foudroyants » mais « voyant les étoiles dans les gens ». « On parle aussi des insultes, des préjugés (« est-ce que c'est contagieux ? » « Il est si beau, on ne voit pas qu'il est autiste ! ») et qu'on ne comprend pas », détaille Brigitte qui écrit par ailleurs des romans sous le nom de Bianca Bastiani. 

Chacun se décrit à travers son personnage pour une demi-heure très touchante, ensemble sur scène. « Lente et speed, c'est la bipolarité. Je suis parfois au ralenti mais ça ne m'empêche pas de faire les choses bien », dit l'une ; « Visible et invisible, démodé, pas les mêmes goûts ni le même sens du timing que vous, quand on parle c'est toujours au moment où on est sûr de ne pas être entendu (...) mais si on me montre comment faire, je peux travailler aussi », dit l'autre.

La « conférence gesticulée » a déjà tourné plusieurs fois cette année comme au festival Mix'Arts de Gujan-Mestras (Gironde) et sera de retour pour la Semaine européenne de l'emploi et du handicap (20-26 novembre) en partenariat avec Cap Emploi, le 21 au Forum à Mimizan et le 23 à Agen (Lot-et-Garonne) avec nuit sur place pour les artistes. Une autre représentation est déjà prévue au printemps prochain aux Jardins de Nonères à Mont-de-Marsan. 

Autre belle performance artistique de l'année pour cette compagnie baptisée « Les A du Tipi » : Et toi Petit Prince des étoiles ! en clin d'œil au roman de Saint-Exupéry. Ce conte dansé qui raconte l'expérience scolaire d'une jeune avec autisme, va à la rencontre des jeunes et des familles dans des établissements scolaires, théâtres et institutions spécialisées, dans les Landes et en Gironde, avec une douzaine de comédiens, enfants et adultes avec ou sans handicap. Le 5 avril, la troupe se produira aussi aux Journées départementales de l'autisme à Mont-de-Marsan. Avec à chaque fois, la possibilité d'ajouter des ateliers d'expression artistiques ou de débat avec les artistes.

Envie de créer un Esat artistique

En plus de toutes ces créations, Bisc'Atypique qui vit de dons, de subventions (Département, Ville, Région, Caf) et de sommes gagnées lors d'événementiels (grand loto à Biscarrosse le 20 octobre dernier, marchés de Noël...), travaille par ailleurs à un projet de logement inclusif avec espaces partagés. « Le projet rêvé, conclut Céline Fuzeau, ce serait de faire un Esat artistique (Etablissement et services d’aide par le travail) pour ces personnes artistes dans l'âme afin qu'elles puissent en faire leur métier en professionnalisant la compagnie ».

Spectacle « Et toi Petit Prince des étoiles ! » © Bisc'Atypique

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département