• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Les petits secrets de fabrication de Charles Roux

10/08/2020

332 vues

Catégorie(s) de la page :

© S. Zambon | Dpt 40

Le photographe nous présente 3 des 29 clichés de l’exposition « Festins Littéraires » qu’il propose actuellement au musée de la faïence et des arts de la table de Samadet.

La métamorphose, d'après Franz Kafka

«  C’est une photographie un peu à part, une des rares dans lesquelles la nourriture est absolument ignoble. Dans le roman, Gregor Samsa, le personnage principal, est transformé en cafard. Dans sa grande bonté, sa sœur lui offre tout un tas d’ordures sur un journal. Pour refléter la nouvelle alimentation du héros, j’ai mis à pourrir des aliments et des épluchures durant deux semaines. Dans ma mise en scène, beaucoup de lignes droites et de tangentes signifient l’oppression et l’enfermement à la fois physique et psychique. De nombreuses boiseries et métaux renforcent cette sensation et créent une impression de sobriété, de froideur austère. Tout cela évoque un autre rapport à la nourriture, une lecture beaucoup plus métaphorique que dans d’autres œuvres. »
 

La métamorphose, d'après Franz Kafka © S. Zambon | Dpt 40, d'après la photographie de Charles Roux

Nous avons toujours vécu au château, d’après Shirley Jackson

« En faisant des recherches, je suis tombé sur une bloggeuse qui donnait une recette de biscuit aux épices, tirée de ce livre. J’ai donc lu ce roman : c’est un huis-clos assez malsain, une histoire de famille très complexe, contée dans un style naïf qui fait passer des énormités. Deux sœurs vivent dans le château familial avec leur vieil oncle. Au fil de l’histoire, on découvre que les autres membres de la famille sont morts, avant de comprendre que les sœurs les ont empoisonnés, en mettant de l’arsenic dans le sucre du dessert. 

Ce n’était pas évident de dénicher le lieu adéquat, correspondant à l’atmosphère de famille dysfonctionnelle du livre. Le hasard m’a servi : je fais pas mal d’Urban Exploration (Urbex), qui consiste à visiter des bâtiments et des lieux abandonnés. J’ai découvert ce château en Normandie. Ce fut laborieux d’y entrer, mais j’y ai trouvé des objets qui m’ont tout de suite évoqué le roman, comme les chaises, la soupière ou le canard empaillé. Je n’ai eu qu’à les nettoyer, j’ai juste ramené les coupelles et les couverts.

Parfois, les choses se font un peu dans le désordre, on compose avec ce qui existe. Pour cette photo, il y a une bonne part de sérendipité. »
 

Nous avons toujours vécu au château, d'après Shirley Jackson © S. Zambon | Dpt 40, d'après la photographie de Charles Roux

Vipère au poing, d’après Hervé Bazin

«  Cette lecture faite à l’école m’avait marqué, en particulier la scène où la terrible mère, Folcoche, pique la main de son fils avec une fourchette. Je cultive une sorte de rapport nostalgique avec cette ambiance e famille dysfonctionnelle et je considère que le rappel à la nourriture est particulièrement signifiant dans ce cadre-là.

C’est une scène assez simple, que j’ai souhaité enrichir de détails représentant la mère : le sang sur la fourchette est le mien ; l’assiette est remplie des « haricots rouges dont nous gavait économiquement notre mère »  et elle est écaillée comme la peau d’un serpent ; les pieds de la table en rondeur m’évoquaient le bâton d’Asclépios et son serpent enroulé autour ; dans le vase, les hortensias, volontairement flétris et fanés, symbolisent l’amour maternel défaillant.

Enfin, le bol de bouillon n’est pas dans le roman, mais je l’ai imaginé comme un clin d’œil onomastique au surnom du personnage principal, Brasse-Bouillon. »
 

Vipère au poing, d'après Hervé Bazin © S. Zambon | Dpt 40, d'après la photographie de Charles Roux

Exposition « Festins Littéraires » - Un projet photographique de Charles Roux - Chapitre 1 >  du 1er juillet au 15 novembre, au musée de la faïence et des arts de la table à Samadet.

Pour aller plus loin

Infos pratiques

Localisation

Musée départemental de la faïence et des arts de la table

2378 Route d'Hagetmau,
40230 SAMADET

05 58 79 13 00

Visiter le site internet de Musée départemental de la faïence et des arts de la table

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département