• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Sur le front de la fracture numérique

03/10/2022

385 vues

Catégorie(s) de la page :

© Thibault Toulemonde

7 conseillers numériques interviennent auprès des publics accompagnés par le Pôle social du Département et la Maison landaise des personnes handicapées (MLPH).

Suite à la Convention signée entre l’État, le Département et l’Agence landaise pour l’informatique (ALPI) le 26 février 2021, 34 conseillers numériques ont été déployés dans les Landes. Financés pendant 2 ans par l’État dans le cadre du plan France Relance, ils ont pour mission, sous le pilotage de l’ALPI, d’assister la frange non négligeable de la population landaise – estimée à 40 % - qui confesse des difficultés avec l’outil informatique. Une vraie problématique, lorsqu’on sait que la majorité des démarches administratives se fait en ligne. 

Sur ces 34 soldats de l’inclusion numérique, 7 sont affectés au Conseil départemental, un pour chacune des 6 Maisons landaises de la solidarité (MLS) et un à la Maison landaise des personnes handicapées. Philippe Berdery, leur responsable coordonnateur au Département, définit leur mission : « faciliter l’apprentissage de l’autonomie numérique et l’accès aux droits pour les personnes accompagnées par le Pôle Action sociale et Insertion et la MLPH ».

MLS de La Moustey à Saint-Pierre-du-Mont © Thibault Toulemonde

Savoir écouter

Rattachée à la MLS de La Moustey à Saint-Pierre-du-Mont, Sarah Lafourcade a la charge de la vaste circonscription de Mont-de-Marsan. Elle ne compte pas les kilomètres, se déplaçant de Labrit à Villeneuve-de-Marsan, en passant par Labastide d’Armagnac, Lencouacq ou Bourriot-Bergonce : « notre public cible n’a pas forcément les moyens de la mobilité et l’idée est de ne laisser personne au bord du chemin ». 

La jeune femme partage son planning entre rendez-vous individuels et ateliers collectifs. Les premiers consistent essentiellement à faciliter l’accès aux démarches administratives pour des personnes suivies par des travailleurs sociaux. Ce qui amène parfois la conseillère à rentrer dans un cercle intime et douloureux : « mes interlocuteurs ont besoin d’écoute et de confiance. J’ai un rôle de psychologue car leur éloignement de l’outil informatique crée un sentiment d’isolement et d’impuissance. Ils se sentent coupés du monde ».

Être capable de mener une requête administrative est une manière de se reconnecter au monde.

Citation de Sarah Lafourcade, conseillère numérique pour la Circonscription de Mont-de-Marsan

Les personnes que Sarah Lafourcade accompagne dans le maquis des droits et des aides ont entre 18 et 50 ans. Contrairement aux idées reçues, la fracture numérique touche toutes les générations : « dans ma circonscription, énormément de jeunes méconnaissent les ressources à leur disposition. Ce n’est pas parce qu’on est très présent sur internet et les réseaux sociaux qu’on est à l’aise avec l’administration française. Ce sont deux univers très éloignés ».

Sarah Lafourcade (à gauche) durant un rendez-vous individuel © Thibault Toulemonde

Un vif désir d'apprendre

Dans les ateliers collectifs, la conseillère de La Moustey a déjà reçu environ 200 personnes, provenant de partenaires du Conseil départemental, telles que des structures d’insertion ou des plateformes sociales. Bien souvent, elle commence par le b.a.ba : les touches du clavier, la souris, les dossiers, les fichiers, la mise en route sur internet. Et généralement, les blocages initiaux s’effacent grâce aux vertus du collectif : « il y a de l’entraide dans ces groupes d’une dizaine de personnes. Ces ateliers donnent le goût du travail en commun, ils sont une porte vers l’insertion sociale ».

Cette soif d’apprendre, Jordan Ducros, conseiller numérique à la Maison landaise des personnes handicapées, l’observe également dans les ateliers qu’il conduit tous les jeudis à l’ESAT des Jardins de Nonères avec sa collègue de l’ALPI, Julie Poudens : « les gens que nous formons sont moins défaitistes qu’on voudrait nous le faire croire. Au contraire, ils sont très curieux de s’approprier un savoir et se lancent à fond dans les exercices que nous leur proposons. Peut-être parce que, derrière l’écran, les handicaps s’estompent… »

Jordan Ducros durant un atelier collectif à l'ESAT des Jardins de Nonères © S. Zambon | Dpt 40

 

Pour chacun des 36 membres de l’atelier de Nonères, l’ALPI a mis à disposition, pour un tarif symbolique, un ordinateur reconditionné issu de l’opération « Un collégien, un ordinateur portable ». Manipulation de souris, envois de mails, navigation sur internet : le jeune formateur s’adapte au niveau hétérogène de son groupe. En n’oubliant pas de prévenir ce public vulnérable des dangers de la toile, entre publicités intempestives, courriers indésirables ou sites frauduleux. 

Depuis début octobre, Jordan tient un atelier à Dax avec APF-France Handicap auprès d’une quinzaine de participants. Le formateur incite d’ailleurs les associations disséminées dans le territoire landais à faire appel à lui pour d’autres sessions collectives. Parallèlement, il continue à recevoir en entretien individuel les personnes en situation de handicap qui le souhaitent. Avec le même mot d’ordre : « que les gens passent un bon moment et développent un rapport positif au numérique ». 

Le chiffre

500

Le nombre de suivis effectués par les 7 conseillers numériques départementaux (6 MLS + MLPH) durant le 1er semestre 2022.

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département