• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Le colosse et son miroir

04/01/2022

1712 vues

© Christophe Brachet

Tourné dans les Landes cet automne et soutenu par le Département, le téléfilm « Le colosse aux pieds d’argile » retrace l’histoire de Sébastien Boueilh, le fondateur de l’association éponyme.

C’est une expérience troublante qu’a vécue Sébastien Boueilh durant un mois : se replonger dans son parcours cabossé, par le truchement d’un tournage. Entre 12 ans et 16 ans, le jeune rugbyman de Téthieu a été abusé sexuellement par un proche de la famille, au retour de l’entraînement ou des répétitions de musique. Pendant 18 ans, il s’emmure dans le silence et la colère, épanchant sa rage intérieure à travers la violence, le sexe et l’alcool. Jusqu’au jour où Mathieu, ami d’enfance et compagnon de frasques, lui avoue avoir été victime du même prédateur. En janvier 2009, les deux trentenaires portent plainte contre leur bourreau. Le 29 mai 2013, celui-ci est condamné à 10 ans de réclusion. Et neuf jours plus tard, Sébastien crée à Saint-Paul-lès-Dax l’association Colosse aux pieds d’argile pour sensibiliser les clubs de rugby locaux à la problématique des violences sexuelles en milieu sportif.

Au bout de 8 ans d’existence, la structure a largement débordé les frontières du comité Côte Basque et le champ du sport. Elle compte désormais 21 salariés et a réalisé en 2021 plus de 1 100 interventions dans les écoles et les clubs, partout en France, mais aussi en Espagne et en Argentine. Des centaines de jeunes victimes ont bénéficié d’un accompagnement psychologique et/ou juridique. Des conventions ont été signées avec 44 fédérations sportives. L’ancien rugbyman amateur peut mesurer le chemin parcouru : « À la base, je vendais des pièces détachées de poids lourds. Maintenant, les ministres me demandent mon point de vue. Il a fallu trimer pour montrer qu’un rugbyman, ça sait aussi réfléchir ».
 

La complicité avec Éric Cantona

Ce résilient chemin vers la rédemption a fait l’objet d’une autobiographie, Le colosse aux pieds d’argile, parue en 2020 chez Michel Lafon. Le producteur Sydney Gallonde, lui-même rugbyman amateur, se persuade que « ce sujet doit être connu de tous, parce que la peur doit changer de camp. C’est en sauvant qu’on se sauve soi-même ». Le fondateur de Make It Happen Studio décide d’en faire une adaptation télévisuelle et exauce le rêve de Sébastien Boueilh, en convainquant Éric Cantona de jouer le rôle du Landais : « je pensais que nous étions similaires, de par notre caractère impulsif. Et je me rends compte que ça matche ». Au fil du tournage, une « complicité naturelle » - dixit Sydney Gallonde – s’est instaurée entre les deux hommes.

Le directeur de Colosse aux pieds d’argile s’est régulièrement rendu sur le plateau : « Stéphanie Murat, la réalisatrice, et Éric me sollicitaient pour être fidèles aux sentiments qui pouvaient m’habiter dans telle ou telle situation. J’ai pu les conseiller sur des termes, des postures, des silences ». De ce remuant voyage dans les souvenirs qui « fait ressurgir un passé enterré », Sébastien détache un moment particulier : « ils m’ont fait le cadeau de revivre le seul jour que je souhaitais revivre, celui du procès. Et cela a été fait avec une énergie exceptionnelle ».

André Marcon figure au casting du téléfilm © Christophe Brachet

Un bel outil pour libérer la parole

Le téléfilm sera diffusé sur TF1, à une date encore inconnue. Cette exposition sur la plus grande chaîne de France et un casting 5 étoiles – autour d’Éric Cantona, on retrouve Aure Atika, Alix Poisson, Françoise Fabian, Éric Caravaca…. - promettent de constituer une formidable caisse de résonnance pour le combat mené par l’association landaise.

Si le téléfilm rassemble 6 millions de téléspectateurs, cela représente environ 1,2 million de victimes potentielles.

Citation de Sébastien Boueilh, directeur-fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile

 

Celui qui s’est reconstruit en osant briser le silence compte bien utiliser la fiction de TF1 comme un « outil pédagogique » car le but demeure de libérer la parole des victimes : « l’objectif, c’est que beaucoup de personnes se reconnaissent et soient reconnues. Ce qui fait plaisir, c’est que l’on montre enfin des hommes victimes. On est encore trop peu à se lever ».

Les scènes ayant pour cadre la maison familiale ont été tournées à Rivière-Saas-et-Gourby © Christophe Brachet

Un téléfilm accompagné par le BAT 40

Le tournage a eu lieu entre le 19 octobre et le 16 novembre 2021, dans le Grand Dax et à Saint-Sever. Il a été soutenu par le Département et accompagné par le Bureau d’accueil de tournages des Landes (BAT 40).

Un appui précieux, selon Sydney Gallonde, fondateur de Make It Happen Studio, qui coproduit le téléfilm avec Tetra Media Studio : « le BAT 40 assure les pré-repérages des décors et nous fournit mensuellement une liste mise à jour des figurants et techniciens locaux. Parce qu’il n’y a pas qu’à Paris qu’il y a des talents ».

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département

  • Site du département
  • Nouvelles solidarités dans les Landes
  • Marque Landes, Terre des possibles
  • Budget Participatif Citoyen
  • Les Landes au menu
  • Village Landais Alzheimer
  • Maison Landaise des Personnes Handicapées
  • Médialandes
  • Domaine d'Ognoas
  • Festival International Arte Flamenco
  • Archives départementales
  • Abbaye d'Arthous
  • Musée de Samadet
  • Atlantisud
  • Empreintes landaises