• Imprimer
  • Partager

RSA : des pistes multiples pour un accompagnement sur mesure

462 vues

Face à la hausse du nombre de bénéficiaires longue durée, le Département actionne plusieurs leviers : forums RSA, suivi personnalisé, intégration d’usagers à des groupes de travail thématiques.

27/06/2024

© S. Zambon | Dpt 40
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Mes thématiques

À la suite d’un AVC, il y a une quinzaine d’années, Patricia Morel, d’Hagetmau, a dû quitter son travail de peintre en bâtiment pour cumuler les petits boulots avant de renoncer à sa voiture « parce que je n’avais plus les moyens de me la payer ». Après 14 ans dans les Highlands en Écosse, Stéphane Aldaya, 56 ans, a tout plaqué pour revenir gérer la maison familiale de Pontenx-les-Forges qui tombait en ruine après une succession de décès. Seul, déboussolé par le confinement, il a perdu pied face au maquis administratif français. « Les mamans seules ne sont pas aidées pour retrouver du travail », souffle de son côté Roseline Cuesta, mère de 4 enfants dont une handicapée, elle-même détentrice d’une RQTH (Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) et sans emploi depuis 3 ans. 

Il faut prendre le temps d’écouter les bénéficiaires du RSA pour chasser des raccourcis trop répandus : dans l’écrasante majorité des cas, on ne demande pas les minima sociaux par paresse mais bien parce qu’un accident de la vie vous fait basculer dans la précarité ou parce qu’on est empêtré depuis trop longtemps dans des situations sociales et familiales complexes qui émoussent l’énergie de se battre. Au 30 novembre 2023, plus de 58,6 % des 7 824 foyers bénéficiaires du RSA dans les Landes étaient constitués d'une personne seule et les foyers monoparentaux représentent 30,6 % des foyers totaux. Près de 55,2 % des allocataires sont dans le dispositif depuis plus de 4 ans.

Forum RSA à Parentis-en-Born le 4 avril 2024 © S. Zambon | Dpt 40

L’accompagnement plutôt que la contrainte

Des chiffres qui confortent le Département dans son choix de privilégier un accompagnement sur mesure à la contrainte. Les Landes ont eu l’occasion d’exprimer leur réserve face à la loi à venir associant le versement du RSA à la réalisation de 15 à 20 heures d’activité par semaine. Lors du vote du Budget 2024 fin mars, Xavier Fortinon, président de la collectivité, a tenu à rappeler que l’allocation induit une contrepartie : « est attaché au RSA un contrat d’engagement qui est signé par le bénéficiaire et qui crée des obligations. La possibilité de radiation du dispositif existe ».

Dans le cadre de son Pacte territorial d’insertion 2021-2025, le Département a créé en 2022 un poste de chargée de mission sur la qualité des parcours. Sandrine Cardoit-Lesbarrères travaille avec les 13 référentes RSA du Département : « j’ai eu en tête de leur proposer quelque chose qui sortait de leur quotidien pour créer une dynamique nouvelle qui permettrait de booster leur accompagnement ». La coordonnatrice a monté des groupes de travail dans lesquels ses collègues rencontrent d’autres compétences : conseillers numériques, gestionnaires RSA, partenaires de France Travail (ex Pôle Emploi), etc. Surtout, elle souhaite insuffler un changement de philosophie, plus positive : se concentrer sur les ressources de la personne en insertion et pas seulement sur les obstacles à lever pour son retour à l’emploi.

Sandrine Cardoit-Lesbarrères,chargée de mission Qualité des parcours d'insertion au Département des Landes

0:00
0:00

À chaque bénéficiaire du RSA, son référent

Tout nouvel entrant dans le dispositif RSA est contacté par une plateforme d’orientation composée de 3 agents du Conseil départemental, de France Travail et de la CAF. Celle-ci va attribuer à chaque nouvel allocataire un référent RSA issu d’un de ces 3 organismes ou de BGE Landes Tec Ge Coop. « Chaque référent suit en moyenne 250 bénéficiaires qu’il voit au moins une fois par an pour le renouvellement de son contrat d’engagement réciproque », détaille Sandrine Cardoit-Lesbarrères. Habitante de Biscarrosse, Françoise d’Houwt, qui commence à voir le bout du tunnel après une succession invraisemblable d’épreuves personnelles, n’a pas de mots assez forts pour louer l’écoute et le soutien de sa référente Juliette Anglade : « elle a une grande âme, une sensibilité humaine. Il y a eu comme un déclic avec elle ». Est-ce un hasard si Françoise songe désormais à une formation d’aide à domicile ?

Françoise d'Houwt

0:00
0:00

 

Chaque référent mobilise un réseau de partenaires pour solutionner des problématiques qui varient d’un allocataire à l’autre. À Hagetmau, Stéphane Lartigue a aidé Nicolas Porterie à régler sa dépression chronique : « j’ai été hospitalisé pendant 4 mois à Narrosse. Ça va un peu mieux, le traitement est plus adapté, je me projette plus facilement. J’envisage de faire du bénévolat, pour me remettre dans le bain, être utile, retrouver le sens des horaires et du travail collectif ».

Pour Nassera Bestaoui, ancienne bénéficiaire du RSA désormais formatrice chez MPS Formation à Biscarrosse, la relation de confiance dans le binôme allocataire-conseiller est la clé de voute d’un parcours d’insertion réussi.

Une information collective pour les nouveaux entrants

Une des premières mesures de Sandrine Cardoit-Lesbarrères a été la mise sur pied, dans les circonscriptions où le nombre mensuel d’entrants est le plus important, d’une information collective à destination des nouveaux bénéficiaires, comme ce fut le cas récemment à Saint-Vincent-de-Tyrosse. Dans un même lieu, les allocataires ont pu recueillir des renseignements sur l’ensemble de l’offre de services en matière d’insertion. « Plus ils se mobilisent tôt pour ceux qui le peuvent et plus ils se réinsèrent rapidement », assure la chargée de mission.

Des forums RSA pour les bénéficiaires longue durée

On l’a vu, beaucoup d’allocataires du RSA sont dans le dispositif depuis plus de 4 ans. La raison principale vient de l’accumulation des obstacles à surmonter : santé, mobilité, garde d’enfants, difficultés avec les démarches administratives en ligne, etc. D’où l’idée de rassembler dans un même lieu l’ensemble des partenaires sociaux et institutionnels, structures d’insertion, associations caritatives. Ces forums RSA ont rencontré leur public : il y avait 80 personnes à Hagetmau le 7 mars et près de 50 à Parentis-en-Born le 4 avril. 

Frédéric Dutin, conseiller départemental délégué à l’Insertion, s’est rendu à la réunion chalossaise pour souligner la pertinence de l’initiative : « dans certains territoires, il faut aller au-devant des bénéficiaires du RSA pour porter à leurs connaissances toutes les informations dont ils ont besoin et auxquelles ils n’ont pas accès pour de multiples raisons ». Conseiller numérique à la Maison Landaise de la Solidarité (MLS) d’Hagetmau, Julien Daudigeos a ainsi pu nouer des rendez-vous avec des personnes qui ne connaissaient pas l’existence de son service. Quelques mètres plus loin, Karine Matharan, chargée de prévention santé publique à la MSA Sud-Aquitaine, ajoute : « ce type de regroupement accélère une orientation pertinente puisque les partenaires sont sur place aux tables voisines ». 

Forum RSA à Hagetmau le 7 mars 2024 © S. Zambon | Dpt 40

Ces forums sont un moyen de redonner de l’impulsion à des bénéficiaires longue durée et de garder de la proximité humaine avec eux.

Citation de Sandrine Cardoit-Lesbarrères, chargée de mission sur la qualité des parcours au Département des Landes

Cette rencontre directe avec le public est aussi l’occasion pour les acteurs de l’insertion de mesurer l’étendue de la tâche, comme en témoignent Élise Bégu et Émilie Citron, conseillères en mobilité à Landes Insertion Mobilité (LIM) : « ce genre de forum nous permet de mesurer l’étendue des besoins et tout le travail qui reste à accomplir pour y répondre. L’acquisition d’un véhicule reste complexe du fait de la longueur des démarches administratives pour trouver le financement et de la réalité du marché de l’automobile ». Les réunions servent aussi à mobiliser et à rassembler le tissu social local : les épiceries solidaires Clin d’œil et Epi’Sol étaient ainsi présentes tandis qu’un mois plus tard, à Parentis, la structure d’insertion biscarrossaise Association Entraide Travail a pu recruter des salariés pour ses missions.

Ces forums RSA s’avèrent utiles pour les bénéficiaires comme pour les professionnels, synthétise Virginie Carrère, référente insertion à la Maison landaise des personnes handicapées (MLPH) dont le stand était un des plus sollicités.

L’accompagnement social exclusif (ASE)

Certains demandeurs d’emploi affrontent des difficultés si nombreuses et si complexes qu’ils nécessitent un suivi intensif. C’est la mission des 5 référents dédiés à l’accompagnement social exclusif (ASE). Ils interviennent à la demande des allocataires qui ont délibérément choisi cette formule financée par le Département et le Fonds Social Européen (FSE).

Basés à Dax, Mont-de-Marsan, Parentis-en-Born, Saint-Paul-lès-Dax et Saint-Vincent-de-Tyrosse, ils gèrent entre 30 et 40 dossiers en simultané, soit beaucoup moins que les référents RSA classiques. « Je vois les personnes suivies au moins une fois par mois, et même beaucoup plus au début », décrit Marie-Astrid Delannoy, référente ASE dans le secteur de Parentis : « l’idée est de lancer un maximum de démarches très rapidement pour lever le plus vite possible les différents freins. Il s’agit de mettre beaucoup de dynamisme dans l’accompagnement pour remobiliser ces personnes qui ont parfois baissé les bras. C’est pour cela que ce suivi très personnalisé et de proximité est volontairement limité dans le temps, au maximum 9 mois ».

L’électrochoc a fonctionné pour Stéphane Aldaya, de son propre aveu « paumé au niveau administratif » lorsqu’il est revenu habiter à Pontenx-les-Forges après 14 années en Écosse : « Marie-Astrid m’a énormément aidé au niveau des papiers et des démarches informatiques grâce à l’assistance d’un conseiller numérique. Ensuite, elle m’a orienté vers la démarche Territoire zéro chômeur longue durée de la Communauté de communes de Mimizan. Et maintenant, je suis en train de monter un dossier pour la création d’une entreprise à but d’emploi (EBE) ».

Donner la parole aux usagers

Pour un suivi toujours plus efficace, Sandrine Cardoit-Lesbarrères souhaite recueillir le retour des usagers. Une première réunion a eu lieu le 3 février à Mont-de-Marsan avec 7 bénéficiaires du RSA sortis du dispositif : « l’objectif est de réajuster nos accompagnements en donnant la parole aux premiers concernés afin de répondre au plus juste à leurs besoins ».

Cette méthodologie va s’étendre avec l’intégration au sein de groupes de réflexion portant sur des thématiques spécifiques de personnes encore dans le dispositif. Ainsi, le 27 juin, des usagers ont été consultés lors d’une réunion traitant des bénéficiaires du RSA ayant une problématique de santé, un profil qui représente la grande majorité des allocataires longue durée.

Sandrine Cardoit-Lesbarrères, lors du forum RSA de Parentis-en-Born le 4 avril 2024 © S. Zambon | Dpt 40

 

Le 3 juin, des usagers ont participé à une réunion à Gabarret pour évoquer les particularités de ce territoire éloigné des bassins d’emploi ou de vie. Toujours dans un esprit positif, éclaire Sandrine Cardoit-Lesbarrères : « le but est de faire se rencontrer les différents bénéficiaires du RSA pour mettre en valeur leurs ressources respectives et éventuellement s’entraider ».

Un troisième groupe de travail spécifique a été créé autour des allocataires du RSA travailleurs indépendants. Dans une logique partenariale qui irrigue l’ensemble des actions du Département en matière d’insertion, BGE Landes Tec Ge Coop est associé à l’écriture d’un règlement départemental définissant les modalités opératoires de ce calcul particulier.
 

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département