• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Référents RSA : pour un parcours cohérent vers l’emploi

20/04/2022

658 vues

© S. Zambon | Dpt 40

Coup de projecteur sur le travail des agents du Département qui mobilisent tout un réseau de partenaires pour aider à l’insertion sociale et professionnelles des publics en difficulté.

En septembre 2021, sur 8 600 allocataires du RSA engagés dans une démarche d’insertion, 2 200 (soit 25,5 %) ont été pris en charge par les 13 référents sociaux du Département des Landes. Ce sont ceux chez qui la Plateforme d’orientation – composée de 3 agents du Département, de Pôle Emploi et de la CAF – a décelé d’importants facteurs bloquant l’accès à l’emploi. D’où l’importance du premier rendez-vous, selon Frédérique Dusseau, référente pour le secteur de Mont-de-Marsan : « nous réalisons une évaluation systématique, point par point, de la situation. L’accueil se veut chaleureux et bienveillant, afin que notre interlocuteur soit capable de parler de ses freins tout en prenant conscience de ses compétences ». 

S’appuyer sur le réseau local

Tous les allocataires n’en sont pas au même point par rapport à l’emploi. Ceux qui en sont le moins éloignés bénéficient de l’accompagnement global qui « n’est pas spécifique aux bénéficiaires du RSA mais qui s’avère utile dans certains cas », explique Sandrine Cardoit, référente pour la circonscription de Tyrosse : « un agent de Pôle Emploi dédié s’occupe de la recherche de travail tandis que parallèlement nous traitons la levée des freins sociaux résiduels ».

Les produits de Cultures Solid'ère, à Saubion, qui embauche des personnes en insertion © Cultures Solid'ère

 

Basée à Capbreton, la conseillère en économie sociale et familiale de formation s’appuie sur des entreprises d’insertion locales, comme Api’Up, qui fabrique du mobilier et des objets à partir de déchets, ou la recyclerie Voisinage à Soustons : « l’idée est de réhabituer nos bénéficiaires à respecter des horaires et à travailler avec un responsable, dans un cadre plus bienveillant ». Les référents RSA utilisent également la Plateforme inclusion, outil numérique, initié par l’État, qui répertorie les employeurs solidaires œuvrant à proximité : « on peut ainsi coller aux centres d’intérêt et à l’expérience de chacun. Par exemple, une personne qui a plutôt travaillé en extérieur sera incitée à postuler pour des entreprises de maraîchage bio, comme Cultures Solid’ère à Saubion ».

Des solutions pour chaque type d’obstacle

Selon les individus, les causes empêchant le chemin vers l’emploi peuvent être multiples : gardes d’enfant, mobilité, hébergement, illettrisme… Mais les solutions existent pour chaque thématique : « La notion de parcours est cruciale. Nous procédons étape par étape, en commençant par le ou les obstacles les plus pénalisants. Grâce à l’offre de services dont nous disposons, nous dirigeons vers l’association ou l’organisme le plus pertinent. Et à chaque rendez-vous, nous regardons si l’objectif a été atteint, avant de s’attaquer à d’éventuels autres freins », explique Mme Dusseau.

Le garage solidaire de Landes Insertion Mobilité à Pontonx-sur-l'Adour © S. Zambon | Dpt 40

 

Quels que soient les problèmes à solutionner, les agents du Département piochent dans le tissu associatif local. Pour l’hébergement, la référente montoise s’adresse ainsi au SIAO (Service intégré de l’accueil et de l’orientation des Landes) qui dirige ensuite les personnes vers des associations comme LISA (Landes Insertion Solidarité Accueil). Pour les thématiques liées aux déplacements, les travailleurs sociaux ont recours sur prescription à Landes Insertion Mobilité ou à Solutions Mobilité. Le CIDFF 40 (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles des Landes) propose des ateliers de français pour les bénéficiaires éprouvant des difficultés pénalisantes à l’écrit ou à l’oral. Pour les problèmes de garde d’enfants ou pour l’accompagnement de la monoparentalité, la Caisse d’Allocations Familiales apporte son concours.

Écoute psychologique et reprise de confiance en soi

En 2021, 49 % des foyers bénéficiaires du RSA le sont depuis plus de 4 ans (contre 44 % en 2020). Une proportion en hausse, qui justifie de nouvelles actions en matière de santé, notamment au niveau psychologique, pour accompagner les publics les plus en précarité. Selon leur zone géographique, les référents RSA sollicitent le PASNEL (Pôle d’accès aux soins pour le nord et l’est des Landes) ou l’EMPP (Équipe Mobile Psychiatrie Précarité) du Centre hospitalier de Dax.

Au-delà du suivi médical, la reprise de confiance en soi est un préalable indispensable pour les personnes sans emploi depuis plusieurs années. Là encore, grâce à leur réseau de partenaires, les référents s’appuient sur une gamme étendue d’activités artistiques ou sportives, comme le dispositif PEPS 40 ou les cours Sport Santé du Stade Montois. Depuis 2001, le Pôle action sociale et insertion du Département des Landes anime à Mont-de-Marsan les ateliers Coccinelle, dédiés aux arts plastiques et à la musique. Par ce biais, les bénéficiaires « sortent de leur isolement, réapprennent une dynamique de groupe et développent leur créativité et leur adaptabilité », explique Mme Dusseau. 

Les ateliers Coccinelle permettent aux bénéficiaires RSA de travailler sur la reprise de confiance en soi via une activité artistique et collective © S. Zambon | Dpt 40

 

Sylvie Bergeroo, conseillère départementale du Pays tyrossais, préside l’équipe pluridisciplinaire départementale (EPD) chargée d’évaluer les parcours des bénéficiaires du RSA. Elle tient à saluer le travail collaboratif des institutions impliquées dans l’accompagnement des publics précaires : « le dispositif associe à la fois la dimension sociale avec les référents RSA du Département et la dimension professionnelle avec un conseiller Pôle Emploi. Ce double accompagnement oriente en fonction des besoins de chacun. Effectivement, ça met du temps parce qu’on va essayer pas à pas de lever tous ces freins qui ne permettent pas l’insertion sur le marché du travail. Sur la zone que je préside – MACS, le Seignanx et le Pays d’Orthe -, on peut observer des retours à l’emploi ». 

En chiffres

Orientation des 8 600 personnes engagées dans une démarche d’insertion :

-    57 % vers Pôle Emploi (pour une recherche d’emploi ou de formation)
-    7 % vers BGE Tec Ge Coop (pour le suivi d’une activité de travailleur indépendant)
-    25,5 % vers un référent social du Département des Landes (pour lever les freins à l’emploi)
-    10,5 % vers un référent social autre que le Département (CAF, CCAS, CIAS…)
 

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département