• Imprimer
  • Ajouter à mes favoris

    Attention !

    Cette fonctionnalité n'est disponible qu'aux utilisateurs disposant d'un compte personnel.

    Veuillez vous connecter ou créer un nouveau compte

  • Proposer une actualité
  • Mes thématiques

Art Haute Lande, pour renouer les fils de sa vie

13/02/2024

463 vues

© Thibault Toulemonde

Créée en décembre 1993, l’association d’insertion, spécialisée dans les travaux de couture, a aidé depuis 30 ans une centaine de personnes en difficulté, essentiellement des femmes, à reprendre pied.

Lorsqu’on passe la porte de la belle bâtisse à colombages bleus du centre-bourg, le bric-à-brac coloré de vêtements, tissus, bobines et machines à coudre diffuse une atmosphère chaleureuse. Dans ce cocon, gracieusement prêté par la mairie de Sabres, 7 salariées en CDDI (contrats à durée déterminée d’insertion), employées sur 24 heures hebdomadaires, effectuent des créations, des retouches, du repassage pour des EHPAD, des collectivités, des associations et des particuliers. Conventionnée Atelier Chantier d'Insertion pour la DDETSPP*, Art Haute Lande (pour Artisanat, Récupération, Tradition) est soutenue par l’État, le Département et la Communauté de communes.

Les nouvelles venues rejoignent l’association à la suite de prescriptions de Pôle Emploi ou de travailleurs sociaux. Elles reçoivent une formation à la couture dispensée par l’encadrante technique d’insertion, qui gère l’activité professionnelle de l’association. Surtout, ces personnes, souvent engluées dans des situations compliquées, bénéficient d’un accompagnement socio-professionnel pour se repositionner sur le marché du travail dont elles sont sorties pour des raisons diverses. 

L'atelier-boutique d'Art Haute Lande est situé en plein cœur de Sabres © Thibault Toulemonde

 

« La couture est secondaire », explique Delphine Neau, coordinatrice encadrante d’Art Haute Lande : « le but est qu’elles retrouvent une confiance durable, pérenne et solide. Je les aide à lever les freins comme les problèmes de mobilité et de garde d’enfants, à mener des démarches administratives et à élaborer un projet professionnel. On n’hésite pas à renouveler les CCD afin de s’assurer que les personnes aient le temps de remettre le pied à l’étrier ». Un pragmatisme qui explique un taux de sorties positives après CDDI de 60 % depuis 30 ans.

Une démarche d’économie circulaire

Art Haute Lande a obtenu le label « Bonus réparation** » qui valide son action contre le gaspillage. Toujours dans une logique d’économie circulaire, une friperie à prix tout doux a été ouverte l’an dernier grâce aux dons de vêtements et de tissus. Le 20 mars, l’association organise un défilé de mode à Sabres pour lancer sa boutique itinérante qui tournera ensuite à Sore, Labrit, Luxey et Pissos.

Delphine Neau, accompagnatrice en insertion socio-professionnelle et coordinatrice encadrante d'Art Haute Lande © Thibault Toulemonde

 

En quête de nouvelles sources de recettes, l’association d’insertion tient un stand dans des manifestations comme Musicalarue, la foire d’Ousse-Suzan et, bientôt, les Floralies de Garein. Preuve qu’au bout de 30 années de lutte contre la précarité et pour la deuxième chance, elle s’est installée comme un acteur socio-économique incontournable en Haute-Lande.

 

* DDETSPP : Direction départementale de l'emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations 

** Le Bonus réparation, prévu par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, est un montant déduit directement de la facture du consommateur qui se rend chez un réparateur labellisé pour faire réparer son produit.

Alexandra, 35 ans, salariée depuis 2022

« Je ne connaissais rien en couture. Avec la formation que j’ai reçue, je me sens très à l’aise même pour des travaux complexes. Actuellement, je suis sur une commande de sacs bananes. J’étais mère célibataire et j’avais beaucoup de mal à trouver du travail avec des horaires adaptés à la garde de mon fils autiste. Art Haute Lande m’autorise à partir lorsqu’il y a une urgence domestique et à rattraper les heures plus tard. 

L’atmosphère d’ici est assez « cocooning » et nous aide à surpasser nos peurs et nos manques de confiance. On ressent beaucoup de bienveillance ici. L’accompagnante m’a aidée pour obtenir l’équivalence française de mon diplôme roumain de coiffeuse. C’est chose faite depuis 3 mois et je réfléchis à deux options : une micro-entreprise de coiffure à domicile ou du salariat. Je suis beaucoup plus optimiste maintenant qu’à mon arrivée. Mon horizon s’est dégagé et j’ai des objectifs clairs. »
 

Jessie, 37 ans, salariée depuis 2021

« Comme je n’avais pas travaillé depuis un moment, cela m’a remis dans le bain professionnel, le travail en équipe, le respect des horaires. Le processus s’est fait relativement facilement parce qu’il y a toujours eu une bonne ambiance et une équipe sympa qui donnent envie de venir.

Art Haute Lande m’a vraiment bien accompagnée pour préparer un CAP petite enfance que j’ai obtenu en 2022 en candidat libre. J’en suis d’autant plus fière que j’y suis parvenue alors que je venais d’avoir mon troisième enfant. »

Nanou, 58 ans, salariée depuis 2021

« Quand je suis arrivée ici, je dépérissais, j’avais trop de mauvaises choses en tête. Art Haute Lande m’a apporté de la stabilité et de l’aide en tous points. J’ai toujours eu des oreilles attentives pour m’écouter. J’ai appris ici à me perfectionner en couture et j’ai même acquis le statut de formatrice pour le repassage. Je me sens mieux, tellement mieux. »

 

Pour aller plus loin

Je reste informé

Inscription à notre newsletter

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département...

Inscription à la newsletter

Inscription aux alertes SMS

Pour rester informé sur l'actualité et les événements dans le département.

Inscription aux alertes sms

Restez connecté sur nos réseaux sociaux

Les sites du département